Mémoire discursive, métal à mémoire : la perspective de l’AD française au Brésil, par Flávia Machado

par Flávia Machado

Ce texte a comme but un bref discussion sur la mémoire métallique. Il s’agit d’une notion que a faite un parcours théorique particulier, en traversant l’Atlantique à partir du Brésil en direction à France. Après 30 années de présence de l’Analyse du Discours française au Brésil – introduite et intensivement développée par Eni Orlandi a travers du travaux de Michel Pechêux – les études en Analyse du Discours Numérique (ADN) proposent une réflexion sur la mémoire métallique préalablement proposé par Orlandi.

À partir du milieu des années 2000, on observe l’émergence de la recherche sur le discours numérique par l’Analyse du Discours française au Brésil. Je souligne le travail de la chercheuse Cristiane Dias, de l’Universidade Estadual de Campinas comme une importante référence de l’analyse du discours numérique au Brésil. Actuellement, enseignante dans la même Université et chercheuse au Laboratoire des Études Urbaines – Nudecri / Unicamp – JOURS, Dias est expert en Linguistique et Analyse du discours.

En 2004, Dias a conclut sa thèse de doctorat qui est devenu plus tard un livre intitulé “A discursividade da rede (de sentidos): a sala de bate-papo HIV”, sous la direction d’ Eni Orlandi. Dias se pose des questions sur les processus de subjectivité dans l’ère de l’information, en examinant en particulier comment les liens sociaux sont formés dans le discours des chats pour les individus infectés par la SIDA. Préoccupée par les effets de la réorganisation du corps dans le cyberespace, elle évoque la notion de mémoire de discours pour analyser les discursivités des individus avec la SIDA.

En ce qui concerne la production de sens pour le corps séropositif sur l’Internet brésilienne, le fonctionnement de la mémoire discursive dans notre société est celle du corps conçu par les médias de masse, considéré comme un lieu de pouvoir. Par conséquent, Dias récupéré l’image corporelle maigre et maladif chanteur Cazuza, qui est décédé des suites du SIDA en 1980. Pour montrer les effets de sens réel du corps dans le but de mettre en place ce sujet dans les forums de discussion, Dias cherche la manifestation de l’imagerie du corps malsain.

Dias souligne la relation entre le virtuel et le réel. Elle utilise la notion d’événement de Pêcheux (1990) comme «le point de rencontre entre une actualité et une mémoire ». La construction du sens vient, à cause de ce jeu entre la mémoire et l’actualité. Rapidité d’un déjà – dit, virtualisé, est recadré pour son retour à l’actuel, c’est-à -dire en l’occurrence comme un élément de différenciation. (2004, p.116)

À un autre moment, Dias traite également de nouvelles formes de textualité découlant de l’écriture sur Internet à partir de la relation entre les lettres et e -mail, traçant une relation avec la notion de mémoire. Elle renforce l’idée qu’un nouveau discours prend effet quand il est envoyé à une mémoire déjà donné (produit par l’émergence de l’e-mail, au détriment de la lettre traditionnelle). L’auteur affirme que :

 La représentation d’une technologie de langage particulier et l’écriture se construit à partir de l’instrument lui-même, mais cet instrument est que l’idéologie socio-historique construit dans sa fonction discursive dans son mémoire de discours. (2008, p.35).

 Le concept de mémoire discursive utilisée par Dias est basée dans les propositions de Pechêux et Eni Orlandi. Selon Pechêux, tout le discours est constitué a partir d’une mémoire et de l’oublie des autres discours. La mémoire discursive est un savoir qui rendre possible la création du sens, correspond à une chose déjà dite et continue a ordonner nos discours. Orlandi (1996), identifie trois types de mémoire : la mémoire discursive, la mémoire institutionnel et la mémoire métallique. Dans un premier moment, l’apparition du concept de mémoire métallique n’a pas une liaison avec la notion de mémoire numérique. Il s’agit plutôt d’une façon de fonctionnement du discours.

Orlandi considère que la mémoire métallique est produite par la media, pour les nouvelles technologies du langage. Elle est horizontal, ne produit pas d’historicité, mais contient un support technique (télévision, radio, ordinateur, etc.). Selon Orlandi, il n’y a pas de filiation de sens, mais seulement stratification et répétition. La mémoire métallique serait libre de l’oublie :

(…) est produite par les médias, les nouvelles technologies de la langue. La mémoire de la circulation de la machine, qui n’est pas produite par l’historicité, mais pour une construction technique (TV, ordinateur, etc.). Sa particularité est d’être horizontal (non verticale, tel que défini Courtine), donc il n’y a pas de stratification dans votre processus, mais la distribution en série, sous la forme de plus, l’accumulation: ce qui a été dit ici et là et au-delà se joindra aussi formeraient un réseau de membres et pas seulement une somme, tel qu’il est réellement, dans sa structure et son fonctionnement. Il s’agit d’un effet – une simulation – produite par le métal, la technique de mémoire de la mémoire. Quantité plutôt que l’historicité. La productivité dans la répétition, de la variété sans se rompre. Et le mythe précisément cette forme de mémoire est le «plus c’est mieux». (Orlandi, 2010, p. 9).

 Alors que la mémoire discursive fait partie d’un processus historique résultant d’une interprétation des différends événements du présent ou du passé, la mémoire métallique apparaît comme le contrepoint à la mémoire historique. Selon Eni, la media retiens la mémoire métallique, à partir de la promotion de l’homogénéisation des effets de mémoire. La notion de mémoire métallique apparait dans l’analyse d’autres auteurs, par exemple, Mendonça (2004) :

Les médias seraient le lieu d’interprétation, mais une interprétation qui serait le temps immobilisé par des stratégies discursives. Alors que la mémoire historique serait soumise à l’échec, le métal ne produirait le même. Ainsi, l’acte de l’interprétation et de l’impôt proposé sur la mémoire reconstruction exercée par le journalisme, pas une redéfinition parce entraver les déplacements de sens et de négociation collective. Tournez-vous plutôt à la stabilisation des sens et de l’élimination des différences.

La formulation d’Eni sur mémoire métallique n’a pas été créée à partir de l’observation d’un corpus discursif numérique native, mais le déplacement de cette notion dans le domaine de l’analyse du discours numérique est devenu inévitable. En 2006, par exemple, Michele Schmidt a développe sa thèse en discutant la question de la mémoire:

 (…) Il est nécessaire de réfléchir dans le contexte des nouvelles technologies, les nouvelles relations établies entre le sujet et la mémoire historique, parce que cette relation implique une autre mémoire – métal à mémoire. A partir de ces considérations, l’une des questions qui reste est de savoir comment comprendre un sujet historique subjugué à une mémoire anhistorique. (…) Il s’agit de la relation de la mémoire historique, qui a une relation avec les sujets de l’immanence, avec un métal à mémoire, qui ces gars-là a aujourd’hui également subjugué, qui a été mis sur diverses questions.

La notion de mémoire métallique, pensée en pleine web 1.0 par Eni Orlandi, n’est pas récupéré par Dias et a partir des les lectures que nous avons faites, nous considérons toujours que c’est un concept qui mérite une réflexion plus approfondie. Marie-Anne Paveau travaille sous la perspective du technodiscours et de la mémoire numérique, où la construction du sens est caractérisée par la verticalité. L’hypertextualité et ses effets de la technologie sur les discours rendent la mémoire plus évident et pas l’effacement de l’historicité. La, on trouve une opposition avec la notion élaborée par Eni Orlandi. De tout façon, Orlandi nous lance des questions fondamentales pour penser la constitution d’une nouvelle épistémologie du discours numérique. 

 Références

DIAS, C. P. Sujeito, sociedade e tecnologia: a discursividade da rede (de sentidos). São Paulo: Hucitec Editora, 2012, 210p.

DIAS, C. P. Memória & escrita: o atravessamento de sentido das cartas no e-mail. In: Letras, v.18, n. 2. Santa Maria: 2008, p. 35-49.

DIAS, C. P. Um percurso teórico-analítico: “alg afim de tc?” como materialidade do gesto afetivo na sala de bate papo hiv. In: Letras, n. 21. Santa Maria: 2000, p.21-24.

ORLANDI, E. P. A linguagem e seu funcionamento: As formas do discurso. 4a edição. Campinas, SP: Pontes, 2001.

ORLANDI, E. P. Análise de discurso: princípios e procedimentos. 5a edição Campinas, SP: Pontes, 2003.

ORLANDI, E. P. As formas do silêncio: no movimento dos sentidos. 6a edição Campinas, SP: Editora da UNICAMP, 2007.

 

Crédit de l'image: https://pixabay.com/fr/h%C3%A9lice-courbe-forme-spirale-design-866302/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *