Sur une mémoire sans sujet, Michele Schmitt

Apresentação

por Flávia Machado

O artigo que apresentamos a seguir é a tradução para o francês do trabalho originalmente  publicado nos anais do II SEAD  (Seminário de Estudos em Análise do Discurso), em 2005, pela pesquisadora Michele SCHMITT.  Um dos alvos de sua reflexão é a memória e a sua relação com a historicidade na discursividade digital: « uma das questões que permanece é a de como entender um sujeito histórico assujeitado a uma memória aistórica ». Evocando a noção de memória metálica de Eni orlandi (1996), Michele lança-nos uma instigante proposta para se pensar a memória:  » É sobre a relação da memória histórica, a qual possui uma relação de imanência com os sujeitos, com a memória metálica, à qual estes sujeitos, atualmente, também têm se assujeitado, que nos têm sido postas diversas questões ». Boa leitura!

Agradecimentos: à Michele pela reflexão, por ter cedido o acesso ao texto e principalmente por tê-lo traduzido para o francês. À Audrey Laurent pela revisão do texto em francês.

Présentation

par Flavia Machado

L’article que nous présentons est la traduction du travail originalement publié dans le Séminaire d’Études en Analyse du Discours (II SEAD) en 2005, par Michele SCHMITT. Le but de la chercheuse est la réflexion sur la mémoire et sa relation avec l’historicité dans la discursivité numérique : « Une question qui demeure est comment comprendre un sujet historique assujetti à une mémoire sans histoire ? « . Basée sur la notion de mémoire métallique de Eni Orlandi (1996), Michele propose une importante proposition par rapport à la mémoire : « Nous devons donc de soulever cet ensemble d’interrogations quant au rapport entre la mémoire historique, attachée au sujet d’une manière immanente, et la mémoire métallique, à laquelle les sujets sont actuellement assujettis ». Je vous souhaite une très bonne lecture!

Remerciements : à Michele pour la réflexion, pour avoir cédé l’accès au texte et pour sa traduction. À Audrey Laurent pour la révision en français.

SUR UNE MÉMOIRE SANS SUJET

 Michele SCHMITT

Universidade Estadual de Campinas (UNICAMP, doctorat)

(micheleschmitt@gmail.com)

 Grande puissance que celle de la mémoire, grande à l’excès, ô mon Dieu ! Quel sanctuaire immense et infini ! Qui en a touché le fond ? Ce n’est qu’une puissance de mon esprit, et qui tient à ma nature ; et pourtant je ne puis saisir tout ce que je suis. L’esprit sera donc trop étroit pour se posséder lui-même ? Mais où donc peut se trouver, ce qui, de son être lui échappe ? En dehors de lui et non en lui ? Mais comment ne saisit-il pas ? (SAINT AUGUSTIN, p. 991)  

 Le but de cet écrit est d’explorer deux aspects de l’épigraphe ci-dessus : (1) la mémoire comprise en tant que puissance propre à l’intériorité de l’homme ; (2) la mémoire pensée comme une représentation de l’opacité subjective. Nous aborderons ensuite (3), de façon synthétique et discursive, l’une des problématiques soulevées par ces deux premières affirmations.

1. Sujet, mémoire et raison

Dans la perspective augustinienne, la mémoire joue un rôle fondamental par rapport à la pensée. Elle contient la connaissance qui, une fois souvenue, est réunie. L’acte de penser (du latin cogitare) (Saint Augustin, op. cit.) découle du processus de soustraction après dispersion, aussi appelé colligenda. La pensée et la raison sont la base du lien entre la mémoire et l’intériorité.

Le rattachement d’une  telle capacité au sujet se conçoit à partir de la Renaissance, sous la forme d’un postulat qui organise la société et la science : Je pense, donc je suis. L’acte de penser donne existence au sujet : la raison constitue le sujet. Selon Morin (2005, p. 24),

 la Raison […] deviendra souveraine au long du XVIIIe siècle en France  […] cette rationalité constituera […] l’idée d’un univers totalement accessible à la  raison, ainsi comme la conception d’une humanité menée par la Raison. 

L’homme, sous cette perspective, est pensé comme lieu de rationalité et par conséquent le pouvoir de se maîtriser lui-même ainsi que la nature. Ce pouvoir est manifesté sous l’égide de la science qui mène à la véritable connaissance et au progrès.

Au cours du XIXe siècle, l’efficacité du duo scientifique homme-raison, sous la forme du progrès, est réaffirmée à partir du développement de la science et de la consolidation de la pensée positiviste.

Au XXe siècle, inversement, cette tradition humaniste, anthropocentrique, est ébranlée par des évènements comme la Première puis la Seconde Guerre mondiale. La conception de la bombe atomique, notamment, mène l’humanité à questionner les idéaux du progrès, vu que la raison se retourne contre l’homme (Morin, op.cit.). Le monde post-guerre  génère de l’incrédulité envers ce que l’humanisme de la Renaissance et l’illuminisme avaient valorisés – l’anthropocentrisme et le rationalisme.

La cybernétique, fondée en 1946, a érigée un mouvement qui dévalorise les postulats humanistes. Les atrocités pratiquées par les hommes durant la Seconde Guerre mondiale constitue une raison forte de  penser que la machine est meilleure que l’homme. L’un des principaux projets de la cybernétique consiste à concevoir des machines intelligentes qui prennent le rôle de l’homme pour la gestion de la société (Lafontaine, 2004).

La conception de machines intelligentes fait de la raison une activité susceptible d’être mise en œuvre à l’extérieur de l’homme, puis qu’elle est transférée d’un support biologique à un support technique. Selon Lafontaine (op. cit.), cela est rendu possible par l’existence d’une structure qui reproduit le traitement de l’information : la mémoire. Celle-ci, avec la fondation de la cybernétique, devient un dispositif de stockage qui permet les échanges d’informations parmi des machines en interaction.

Le langage étant perçu comme un instrument de communication, un ensemble de combinaisons formelles servant à l’échange de messages, le sujet est aussi uniquement pensé comme dépôt de langage, susceptible d’être remplacé par n’importe quel support à même de jouer le rôle d’émetteur ou de récepteur.

Le langage est donc dépossédé des sujets, ceux-ci étant envisagés comme les participants intermédiaires d’un courant continu d’échanges de messages (Lafontaine, op. cit.). Le langage perd son caractère d’activité strictement humaine, une fois qu’il est étendu à la machine.

Vu sous cet angle, le langage se fait surtout forme aux dépens du sens, celle-là assumant un rôle plus important que celui-ci. C’est pourquoi les machines intelligentes peuvent être conçues comme des entités de langage. Elles prennent la forme d’un sujet langagier idéal dans la société, puis que, selon cette perspective, elles fonctionnent sans fautes dans une atmosphère de pleine compréhension, qui ne peut pas être essayée par l ‘ homme.

Raison et mémoire ne sont plus perçues comme des puissances n’appartenant qu’à l’intériorité subjective, sinon comme susceptibles d’être objectivées dans des machines, et donc, dépossédées de subjectivité. Ces caractéristiques, selon les postulats de la cybernétique, fonctionneraient d’une façon plus efficace dans les machines qu’en l’homme.

2. Sujet et incomplétude

Les questions posées par Saint Augustin exprimant son inquiétude quant à l’impuissance d’apprendre entièrement au sujet de son propre être  indiquent que, sous l’hypothèse de l‘esprit être trop étroit pour se posséder lui-même, il y aurait la possibilité d’existence d’un extérieur inconnu qui le posséde. Ce fait dévoile l’opacité intérieure du sujet qui, selon Saint Augustin, ne serait connue que de Dieu.

La confession de la méconnaissance de l’homme par lui-même et inversement la connaissance de l’homme par Dieu sont présentés au début du Livre X. Selon Saint Augustin,

Seigneur, pour toi, sans doute, pour toi qui vois à nu l’abîme de la conscience humaine, qu’y aurait-il qui te serait caché, quand bien même je ne voudrais t’en faire confession ? Car c’est toi qu’à moi-même je cacherais d’un voile, non pas moi-même à toi. (1998, p. 981-982)    

L’homme en lui-même se montre incomplet, car il ne réussit pas à trouver l’intégrité de son être. Il s’avère nécessaire qu’il rende compte de sa faille à l’extérieur, où il trouve Dieu.

L’homme s’érige en responsable chargé de continuer l’œuvre de Dieu depuis la Renaissance et surtout depuis l’illuminisme. Ce n’est plus Dieu qui rend Sa créature complète, mais l’homme lui-même qui, à son tour, assume le rôle de créateur, lors qu’il invente en tant qu’être rationnel ce dont il a besoin pour corriger ses propres fautes.

Inversement, au XXe siècle, la raison se retourne contre l’homme, parce qu ‘elle conduit à la destruction de l’humanité même. Paradoxalement, la machine prend le rôle d’humanisatrice. Premièrement l’homme s’intègre à Dieu, pui à lui-même et enfin à la machine.

3. Pour une réflexion discursive sur la relation entre l’homme et la machine 

L’idée du post-humain procède d’une amnésie socio-historique qui prend sa source dans le transfert cybernétique de la mémoire à l’intérieur de la machine. Tout ça n’est que pure métaphore, mais la métaphore est en marche (…)(Lafontaine, 2004, p. 219). 

Une amnésie socio-historique, selon Lafontaine, de notre part constitue un facteur important pour la conception des machines intelligentes. La conception d’un projet cybernétique où la mémoire et le langage sont conçus à l’extérieur de l’histoire et donc à l’extérieur du sujet ne serait alors peut-être pas possible.

Nous ne pouvons pas dire que nous vivons actuellement à une période où l’histoire est tout simplement effacée, car tout ça n’est que pure métaphore. En revanche, nous ne pouvons omettre que la métaphore est en marche. Selon nous, il s’avère nécessaire de penser, dans le contexte des nouvelles technologies, au rapport qui est établi entre les sujets et la mémoire historique, puis qu’il implique une autre mémoire – la mémoire métallique (ORLANDI, 1996).

À partir de ces réflexions, une question qui demeure est comment comprendre un sujet historique assujetti à une mémoire sans histoire ? Autrement dit, comment comprendre, d’une part, un sujet-navigateur qui construit le sens et inaugure les gestes de lecture et l’interprétation à partir d’une mémoire historique qui n’est pas là (ROMAO, 2004, p. 43) et, de l’autre, un sujet assujetti à une offre immédiate et illimitée de textes sur l’internet qui, en se caractérisant ainsi, anticipe le geste de lecture réalisé par le sujet assujetti à des déterminations historiques, idéologiques et sociales (GALLO, 2004, p. 53) ?

En conclusion, il se révèle urgent de rechercher la place de ce sujet-numérique et du tissu textuel au sein duquel où il (se) brode, (se) coud et (se) fixe aux des points du réseau numérique. Il faut dire que ce sujet-là est ancré aux links, et déplacé de façon imprévue et qu’il construit les effets de sens (ROMAO, 2004, p. 42). Nous nous devons donc de soulever cet ensemble d’interrogations quant au rapport entre la mémoire historique, attachée au sujet d’une manière immanente, et la mémoire métallique, à laquelle les sujets sont actuellement assujettis.

RÉFÉRENCES

GALLO, Solange. L. Plágio na Internet. In: MORELLO, R. (org.). Giros na cidade. Campinas: Labeurb/Nudecri/Unicamp, 2004. p. 47-55.

LAFONTAINE, Céline. L’empire cybernétique. – Des machines à penser, à la pensée machine. Paris: Seuil, 2004.

MORIN, Edgar. Para além do iluminismo. Famecos, Porto Alegre, número 26, p. 24-28, abril 2005.

ORLANDI, Eni. Interpretação: Autoria, leitura e efeitos do trabalho simbólico. 2.ed. Petrópolis: Vozes, 1996.

ROMÃO, Lucília M. S. Na teia eletrônica, fragmentos da memória. In: MORELLO, R. (org.). Giros na cidade. Campinas: Labeurb/Nudecri/Unicamp, 2004.

SAINT AUGUSTIN. Les confessions – précedées de Dialogues philosophiques Oeuvres, I. Paris: Gallimard, 1998.

***

Arquivos em pdf.:

Versão em português: Sobre uma memória sem sujeito, Michele SCHIMITT

Versão em francês: Sur une memoire sans sujet, Michele SCHIMITT

Para citar o artigo original em português:  

SCHMITT, M. Sobre uma memória sem sujeito?. Anais do II SEAD (Seminário de Estudos em Análise do Discurso). Porto Alegre: Universidade de Santa Maria, 2005. Disponível em : http://www.analisedodiscurso.ufrgs.br/anaisdosead/2SEAD/SIMPOSIOS/MicheleSchmitt.pdf.

Crédit de l'image: https://pixabay.com/fr/r%C3%A9sum%C3%A9-ligne-vague-conception-140898/ CC0 Public Domain / FAQ

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *