Pourquoi une bibliographie collaborative? – Porque uma bibliografia colaborativa?

Une bibliographie collaborative en ADN

Ce projet a été inspiré par le modèle de bibliographie collaborative présenté par Franziska Heimburger lors de l’événement intitulé De la diversité des humanités numériques : une exploration des pratiques, qui a eu lieu en mars 2013 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. L’historienne a alors proposé de nouvelles pratiques collaboratives en recherche internationale, en prenant comme exemple la bibliographie élaborée par la Société Internationale des Études de la Première Guerre mondiale (http://www.firstworldwarstudies.org/). Franziska Heimburger, en tant que gestionnaire du projet, utilise également le blog La boîte a outils des historiens (http://www.boiteaoutils.info/p/csl-france-styles-pour-zotero.html) afin  de constituer cette base.

Sa méthodologie emploie une combinaison d’outils de sélection, d’organisation et de citation des œuvres et documents scientifiques. La première étape de formation de la bibliographie a été une recherche extensive d’articles liés à la thématique sur le site web Revue.org. Ensuite, un groupe a été créé sur la plate-forme Zotero, facilitant l’introduction de nouveaux titres et la participation des membres intéressés par le projet. La catégorisation des œuvres a notamment suivi des critères tels que la langue de publication (anglais, allemand et français) et la relation des pays et continents avec la Première Guerre mondiale, soit 35 entrées thématiques au total.

Un autre exemple de bibliographie collaborative figure sur le site web Terra – Réseau scientifique de recherche et de publication (http://www.reseau-terra.eu/article1265.html#09), dont la description concerne la question du libre accès :

Bibliographie élaborée en privilégiant, pour commencer, les travaux en/de français et les textes en libre accès. La recherche bibliographique a porté d’abord sur la « pédagogie numérique » puis s’est étendue à celui plus large du « numérique universitaire » sous ses trois dimensions (e-formation, e-recherche, e-gouvernance), en mettant l’accent sur les « numériques disciplinaires » (données, outils, réflexivités spécifiques à chaque discipline en Arts, lettres, sciences humaines et sociales). Il s’agit d’un travail en cours de réalisation… donc cette bibliographie n’est pas exhaustive ;-)… merci d’être indulgent si vous avez été oublié (provisoirement)… toute suggestion d’ajout sera la bienvenue !

De telles initiatives contribuent efficacement à la démocratisation et à l’internationalisation des institutions et des recherches, deux pratiques jugées importantes pour le savoir-faire scientifique.

La démocratisation du savoir ne se limite pas aux seul partage de références bibliographiques, sinon inclut la vulgarisation des publications mise en libre accès dans les plates-formes, telles que Revues.org (France) et Scielo (Brésil). Il est important de noter que les librairies numériques ne sont pas une nouveauté dans le domaine scientifique. Depuis 1995, JStor (http://www.jstor.org/) rend disponibles données scientifiques, contenus, articles et synthèses de recherche, tout en permettant  aux étudiants, chercheurs et universités de se connecter. Néanmoins, l’accès n’y est pas entièrement gratuit. Au Brésil, par exemple, pour accéder a contenu spécifique, il faut être sur le campus de l’université.

En mars 2013, Le Monde a publié  un article  intitulé “Qui a peur de l’open access?” (http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html), et écrit par un groupe de chercheurs, éditeurs et responsables de bibliothèques.  Ce texte a montré que la plate-forme brésilienne, totalement gratuite, était plus consultée que le portail américain JStor. Selon le journal :

Ces exemples montrent que l’accès ouvert change le rapport de forces dans un monde dominé par des groupes détenant des portefeuilles de milliers de revues majoritairement de langue anglaise : il ouvre la porte à ce qu’on peut appeler une véritable bibliodiversité en favorisant l’émergence d’une pluralité de points de vue, de modalités d’édition, de paradigmes scientifiques, de langues.[1]

L’internationalisation est une tendance à la hausse dans les universités du monde entier. Mais, ce procédé qui peut être enrichissant pour les centres de recherche des institutions d’échange rencontre quelques difficultés : le manque d’investissements dans la formation de chercheurs ou bien la répartition inégale de ces investissements. Le principe fondamental d’une bibliographie collaborative, organisée en différentes langues, est qu’elle permet les relations entre les scientifiques et leur centre à coût zéro. Cela devient un facteur nécessaire et positif pour l’internationalisation de la production scientifique.

Un troisième facteur justifie notre projet. Nous observons actuellement l’émergence d’épistémologies et procédures méthodologiques en analyse du discours numérique (ADN). Le projet d’une bibliographie collaborative a pour but de créer des liens entre chercheurs de divers pays et perspectives.

Le projet a pour objectifs principaux : développer une bibliographie en ligne portant sur l’analyse du discours numérique et les domaines connexes ; faciliter les contacts entre ses collaborateurs ; offrir un accès direct aux documents ; rendre disponibles certains outils bibliographiques et normes internationales de procédure (APA, ABNT).

La bibliographie sera placée sur le blog ADN (http://dcdigital.hypotheses.org/), qui appartient à la plate-forme Hypothèses. Les références seront classées selon les thématiques indiquées par les chercheurs. Nous espérons que la contribution active des membres chercheurs pourra nous aider à modifier les paramètres de catégorisation des références proposés initialement. Ce projet est dynamique et non exhaustif, vu qu’il pourra toujours être actualisé au moyen des nouvelles références. La bibliographie sera publiée sous un seul format et présentée en portugais brésilien et en français dans deux langues, selon l’orientation éditoriale du blog ADN.

****** 


[1] Pour plus d’informations: http://iloveopenaccess.org/.

Crédit de l'image: https://pixabay.com/fr/conseil-d-administration-electronics-453758/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *